Être physiquement active à l’adolescence

Au Québec, seulement 38% des adolescentes sont suffisamment actives. Tout au long de leur secondaire, les filles pratiquent de moins en moins d’activité physique. On comprend donc l’importance d’intervenir auprès des adolescentes pour leur offrir des activités adaptées à leurs goût et à leurs habiletés. Dans cette étude de cas, nous verrons comment le programme Fillactive s’y prend pour renverser cette tendance et transformer la norme sociale à l’égard de l’activité physique chez les adolescentes.

icone-pdfPour lire l’étude de cas.


Retour au modèle logique