Accueil » Analyses de l'internet santé » Internet, utilisé pour poser un pré-diagnostic que l’on fera confirmer par un professionnel de la santé

Internet, utilisé pour poser un pré-diagnostic que l’on fera confirmer par un professionnel de la santé

pré-diagnostic internetLe Centre de recherche Pew Internet vient de publier un nouveau rapport Health Online 2013 qui souligne que 59 % des adultes américains (ou 72 % des internautes) avaient recherché de l’information en ligne sur la santé au cours de la dernière année. L’usage de l’Internet santé semble, à première vue, quelque peu en baisse par rapport aux données des enquêtes précédentes, mais cela est lié à la formulation de la question. En effet dans cette dernière étude, réalisée en septembre 2012, la question portait sur le recours à Internet pour des questions de santé au cours des 12 derniers mois alors que les enquêtes précédentes ne précisaient pas de période temporelle (voir par exemple le rapport Pew Internet 2011 : The social life of Health Information).

Quelques faits saillants à souligner :

  • 35 % des Américains utilisent Internet pour faire un diagnostic ou un pré-diagnostic.  Un peu plus de la moitié de ces utilisateurs (59 %) consultent par la suite un professionnel de la santé pour valider ce diagnostic, celui-ci étant effectivement confirmé pour 41 % des utilisateurs. Le recours à Internet continue ainsi de s’articuler avec les pratiques existantes de recherche d’information sur la santé. D’ailleurs, lorsqu’ils sont confrontés à une problématique de santé sérieuse, 70 % des adultes américains se tournent vers un médecin ou un professionnel de la santé qu’ils rencontrent hors ligne, tandis que 60 % interrogent leur entourage.
  • La recherche d’informations se fait essentiellement par les moteurs de recherche : 77 % des personnes qui recherchent de l’information privilégient Google, Bing ou Yahoo pour mener leur recherche. Un bon référencement sur ces moteurs reste donc une priorité si l’on veut rejoindre les internautes en quête d’information sur la santé. Malheureusement, les sources validées et fiables (sources institutionnelles notamment) ne sont pas toujours les mieux référencées.
  • Les pairs sont une source d’information mobilisée par un internaute sur quatre notamment en ce qui concerne l’expérience de santé ou de maladie ou l’évaluation des ressources de santé ou des traitements. Parmi les internautes interrogés, 26 % avaient au cours de la dernière année, lu ou regardé de l’information sur Internet concernant l’expérience de santé ou de maladie d’un pair, 16 % avaient recherché de l’information provenant de pairs concernant leur problématique spécifique et 30 % avaient consulté des sites d’évaluation des ressources de santé. Par contre, seuls 8 % des internautes avaient posté un commentaire ou une question relative à la santé sur les médias sociaux et moins nombreux encore (4 %) étaient ceux qui avaient évalué une ressource médicale en ligne. La participation en ligne concernant la santé reste ainsi le fait d’une petite minorité. Il serait très intéressant de mieux cerner le profil de ces internautes actifs dans les espaces d’échange sur la santé.

  • Les données confirment enfin le profil de l’internaute type déjà mis en évidence dans les enquêtes précédentes, soit une femme, de 18 à 49 ans, blanche, possédant un revenu supérieur à 75 000 $ et une scolarité universitaire. Par ailleurs, les recherches sont effectuées pour soi autant que pour les autres, ce qui n’est pas très étonnant puisque les internautes qui recherchent de l’information sur la santé sont plus largement des femmes. Or celles-ci sont souvent en charge de la gestion de la santé de leur entourage. En cas de budget réduit, l’information devrait donc cibler en priorité les femmes qui diffuseront par la suite les informations recueillies.

À propos Christine Thoër

Christine Thoër est professeure au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal et directrice du Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté). Elle travaille sur les usages d’Internet par la population et les soignants, les transformations de la communication soignant-soigné et les interventions en ligne de prévention/promotion de la santé.

4 plusieurs commentaires

  1. Encore un rapport complet qui confirme l’utilisation d’internet pour les questions et les recherches d’ordres médicales.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

CHS2016

Appel à communications : Connected Health Symposium 2016

Le Connected Health Symposium, en collaboration avec le Journal of Medical Internet Research (JMIR), tiendra une séance d'affiches lors de son prochain événement qui aura lieu les 20 et 21 octobre 2016 à Boston. Les affiches offrent la possibilité de partager votre travail avec un public international intéressé à la "santé connectée" et seront exposées tout au long du Symposium. Les sujets de présentations d'affiches seront sous le thème de la mSanté, des applications mobiles, des jeux et gamification, des technologies de la santé mentale, de la littératie en santé, des médias sociaux, etc. Les résumés sont acceptés jusqu'au 5 ...

1-2

Être mère d’un enfant présentant un TSA à l’ère du 2.0

Chaque jour, des millions de personnes utilisent Internet pour rechercher de l’information, se confier ou offrir de l’aide. Les mères d’enfants autistes, ou présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), ne font pas exception à cette règle et de nombreux blogues, forums et groupes facebook conçus par et pour ces mères ont vu le jour au cours des dernières années. Dans le cadre de cette conférence, nous présenterons les résultats de nos recherches qui portent sur les usages que font les mères de ces plateformes d’échange à partir de ...

Facebook_New_Logo_(2015).svg

Analyser ce que des parents d’enfants atteints de cancer disent sur leur page Facebook

De plus en plus d’études s’intéressent au contenu des groupes Facebook portant sur la santé mais rares sont celles qui ont documenté comment les individus parlent de santé ou de maladie dans leur page Facebook personnelle. LaValley et al. (2015)[1] ont analysé le contenu de 18 pages Facebook personnelle de parents ayant des enfants atteints de cancer (analyse qualitative selon la procédure de la théorie enracinée). Ces auteures mettent en évidence 4 usages principaux des pages Facebook par les parents, soit : livrer le récit de la maladie de leur enfant ...

Digital communication design.

Thérapie en ligne, est-ce la solution pour la jeunesse d’aujourd’hui ?

Les enfants du numérique, aussi appelés Génération Y ou encore Digital native, ont une facilité à utiliser les TIC (technologies de l’information et de la communication) et notamment les réseaux sociaux ayant grandi avec ces outils. Dans ce contexte, Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, s’est demandé s’il fallait adapter le modèle traditionnel de la psychothérapie pour rejoindre cette génération connectée ? Entre 2006 et 2009, il a mis en place un cabinet virtuel de psychanalyse sur le jeu numérique Second Life afin de comprendre la pertinence d’un tel procédé. Les résultats qui ...