Plusieurs pharmacies en ligne ne respectent pas les normes d’emballage et d’étiquetage des médicaments qu’elles distribuent

Jeudi 10 novembre 2011
Par |

Michael Veronin (Texas A&M Health Science Center) a analysé les emballages d’un échantillon de médicaments achetés via des pharmacies en ligne. Constat : l’emballage et l’étiquetage respectaient rarement les normes en vigueur aux États-Unis. Une donnée préoccupante lorsque l’on sait que les indications présentées sur l’emballage constituent une source importante d’information pour l’utilisateur.

L’Ă©tude et ses rĂ©sultats

Pendant près d’un an, Michael Veronin a commandé en ligne 41 médicaments figurant parmi les gros vendeurs sur Internet :

  • 18 gĂ©nĂ©riques de Simvastatine (un traitement largement prescrit pour abaisser le taux de cholestĂ©rol),
  • 18 gĂ©nĂ©riques d’Amlodipine, un traitement prescrit contre l’hypertension artĂ©rielle,
  • 5 gĂ©nĂ©riques de sildenafil utilisĂ© pour le traitement des troubles Ă©rectiles.

Les produits ont été achetés auprès de distributeurs pharmaceutiques situés dans 12 pays différents. Résultats de l’analyse : seul un des médicaments, commandé auprès d’une pharmacie en ligne canadienne respectait la règlementation américaine concernant l’emballage et l’étiquetage des produits pharmaceutiques. En ce qui concerne l’étiquetage, 1/3 des produits étaient envoyés dans des enveloppes annotées à la main et plus de la moitié ne contenaient aucune indication d’aucune sorte (ni le nom du médicament, ni ses indications ou sa posologie et encore moins ses effets secondaires). Les emballages n’étaient pas non plus conformes aux normes permettant leur bonne conservation.

Des constats préoccupants

S’ajoutant aux problèmes de contrefaçon très prĂ©sents concernant les mĂ©dicaments distribuĂ©s via Internet, ces constats sont prĂ©occupants puisqu’il apparaĂ®t que l’emballage produit constitue une source  d’information importante pour l’utilisateur notamment, lorsque le produit est obtenu sans prescription. Lors des achats rĂ©alisĂ©s en ligne, l’utilisateur  est en effet peu susceptible d’avoir consultĂ© un mĂ©decin et de pouvoir (et vouloir) se rĂ©fĂ©rer Ă  un pharmacien (soit parce qu’il demeure loin d’une pharmacie, que la commande en ligne vise Ă  faire des Ă©conomies sur le prix du mĂ©dicament et de la consultation, qu’il achète en ligne pour gagner du temps ou parce qu’il n’a pas envie de discuter de sa problĂ©matique de santĂ© avec le pharmacien).

Lorsque le patient n’a pas connaissance du nom du mĂ©dicament, il lui est difficile d’évaluer qu’il reçoit le bon produit, de comprendre la posologie ou de se renseigner sur les effets secondaires associĂ©s, ce qui peut entraĂ®ner des mĂ©susages du produit et des risques pour la santĂ©. Les utilisateurs ne sont toutefois pas sans ressources. S’il est difficile de rĂ©glementer  les pharmacies en ligne, les consommateurs peuvent trouver en ligne des sites leur permettant d’identifier les mĂ©dicaments et de s’informer sur leurs indications. RĂ©duire la confusion entourant les mĂ©dicaments qui circulent sans notice produits, sans emballage et hors du cadre de la prescription, est l’un des objectifs de l’initiative Pillbox, une base de donnĂ©es avec photographies mise en place par la National Library of Medicine (pour plus d’information voir une entrevue avec David Hale (NHI), ou le rĂ©sumĂ© de la prĂ©sentation de l’initiative Pillbox au congrès medicine 2.0 2009). Une version bĂŞta de cette base de Pillbox est maintenant disponible.

Référence :

Veronin M. (2011). Packaging and Labeling of Pharmaceutical Products Obtained from the Internet, Journal of Medical Internet Research,13(1):e22
URL: http://www.jmir.org/2011/1/e22/

TwitterFacebookDeliciousGoogle GmailDiigoLinkedInMySpacePartager

Ă€ lire aussi

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Logo_RRSPQ_web.jerome ComSante_RGB_close_low res ASPQ